No module Published on Offcanvas position

bandeau creativite

Pour conter

 

 

Pour conter Le chant des vaches

Les récits de ce recueil peuvent être lus. Mais leur fonction première est d’être racontés sans le support du livre. Voici quelques conseils qui peuvent aider le lecteur à devenir conteur.

1. Après l’avoir choisi, lire le conte le soir avant de dormir, et laisser passer une nuit : le rêve joue un rôle de fixateur dans la mémoire

2. Se le raconter à haute voix à soi-même : le conte écrit est une forme vide qui, pour exister doit se remplir de la parole poétique du conteur : images personnelles, commentaires, dialogues.

 3. Créer un rituel (musique, bougies, fleurs, chant) qui ouvre les portes de l’imaginaire. Les formulettes qui encadrent le récit oral sont des balises narratives indispensables, surtout si l’on s’adresse aux enfants.

4. Conter est un partage : le conteur construit son récit avec ses auditeurs. Il n’est pas derrière « le rideau invisible de l’acteur », comme le disait Dario Fo, mais il est le transmetteur d’une histoire qui appartient à tous.

5. Le silence est la respiration du récit. Pendant les plages de silence, l’auditeur crée ses images, construit et intègre les sens, interprète librement l’histoire.5. Le silence est la respiration du récit. Pendant les plages de silence, l’auditeur crée ses images, construit et intègre les sens, interprète librement l’histoire.

6. La gestuelle, qui n’est ni mime ni théâtre, déclenche des images mentales. Par son regard, le conteur accroche l’attention des auditeurs : chacun a l’impression que le conte s’adresse à lui seul.

7. Les bruitages, les cris d’animaux, les onomatopées, les accompagnements musicaux, les chants des formulettes, sont des épices qui donnent encore plus de saveur aux contes.

8. Le dialogue est préférable au style indirect. Le conteur vit alors chaque personnage dans ses intonations, dans sa voix, dans sa posture, dans ses mimiques.

9. Raconter plusieurs fois les contes. À chaque écoute se dévoile un niveau de compréhension. Cette imprégnation incruste le conte et ses messages dans la mémoire, rétablissant la chaîne de la transmission orale.

10. Le conteur respectera la culture dont il est le témoin, tout en enrichissant l’histoire de son expérience de la vie. Le conte est à la fondateur et formateur. Il permet de mieux connaître le monde et de construire librement un système de valeurs pour vivre en société de façon harmonieuse. Cette éthique est cachée dans le langage symbolique et poétique : peu à peu, l’auditeur en élaborera son miel.

Inventaire des contes

 

 

Inventaire

 

réflexion

baba sirene b

 

de l'illustration

 tresor paillon b

 

en projet

vieux nice b 

 de l'environnement

rafara 

 soyons auteurs

13 

contes ou mythes

enfants labe b

 pédagogie

Recherche